Aromathérapie : principe de la distillation

alambic

L’utilisation des huiles essentielles s’est considérablement banalisée ces dernières années. Si ces produits végétaux était autrefois l’apanage des riches et des puissants, l’accès nous est aujourd’hui facilement accessible. Il ne faut cependant pas oublier qu’en dépit de son accessibilité l’aromathérapie n’est pas une médecine douce mais une thérapeutique naturelle qu’il convient d’utiliser avec précaution et méthode (et un conseil médical).

Rappel sur l’aromathérapie

Qu’est ce que l’aromathérapie ?

 

Le terme aromathérapie a été inventé par le chimiste lyonnais René Maurice Gotteface qui définie communément la thérapeutique par les huiles essentielles.

Cependant on peut être plus précis et définir l’aromathérapie comme l’usage à visé thérapeutique des plantes aromatiques sous forme d’extraits.
Dans cette discipline, seront comprises seulement les trois types d’extraits suivants :

  • l’huile essentielle : extrait naturelle obtenus par distillation par entrainement à vapeur d’eau. Il s’agit donc de l’essence distillée.
  • l’hydrolat : partie aqueuse rejeté en sortie de l’alambic durant la distillation
  • l’essence au sens officinal et non botanique du terme : essence de zeste d’agrume obtenu par expression mécanique, essence absolue obtenue par extraction avec des solvants volatils ou encore les extraits aromatiques obtenus par extraction aux fluides supercritiques.

Les huiles essentielles contrairement à ce que peut laisser entendre leur nom ne contiennent pas de corps gras. Elles ont en revanche une très forte affinité avec les huiles végétales. On dit donc qu’elles sont lipophiles. Cette propriété leur vient de leurs composants qui sont eux mêmes liposolubles.

 

La distillation et l’obtention des huiles essentielles

Le principe de la distillation

Le principe d’une distillation est de faire circuler de bas en haut un courant de vapeur. Sous l’action de la chaleur et de l’humidité, les poches à essence des plantes éclatent et libèrent l’essence qu’elles contenaient. Cette essence étant volatile, elle va être entrainée par la vapeur d’eau, puis condensera dans le serpentin de refroidissement.
La majeur partie des essences ont une densité plus faibles que l’eau (d<1) ce qui leur permet de se dissocier de l’eau dans le vase florentin en fin de distillation. Comme lorsque vous mélangez de l’huile et du vinaigre, vous constatez deux couches non miscibles. L’huile essentielle que l’on va venir prélever est en général la phase supérieure (car moins dense) du résultat de la distillation. La partie aqueuse plus dense est l’hydrolat qui contient les éléments hydrophiles de la plante. Il arrive que l’hydrolat soit réintégrer dans le circuit de distillation, c’est le principe de cohobation)

 

Comment fonctionne un alambic ?

Dans le vase ou chaudron (1), on place les plantes à distiller isolée du fond d’eau par un diaphragme perforé. La vapeur monte ensuite au niveau du chapiteau qui ferme le vase puis passe dans le col de cygne (2). Elle arrive ensuite dans le serpentin de refroidissement (3) lui même plongé dans une cuve d’eau froide circulante. Un vase florentin ou essencier muni de deux robinets permet de récupérer l’hydrolat et l’huile essentielle.

la distillation en alambic

La distillation se fait selon deux critères : lente et prolongée.
Lente, signifie que la chauffe doit être douce de façon à ne pas générer de réactions chimiques secondaires (oxydation, polymérisations etc…) qui altéreraient la qualité de l’huile finale. On dit que la distillation doit être prolongée, c’est à dire qu’elle doit être poursuivie tant qu’un trace d’essence s’écoule dans le vase florentin. En effet, certains composants sont dit de longues traines et sont donc plus long à extraire. Si la distillation est arreté avant, cela puit nuire à la qualité de l’huile par l’absence de certains composants. C’est fondamental par exemple pour le santal ou le pin sylvestre qui n’ont plus d’interet si la queue de distillation est absente.

Comment préparer les plantes pour la distillation ?

La distillation est une méthode trés précise qui demande un savoir faire.
Ainsi la sélection des plantes, des parties utilisées et de leur état est impérieux pour la réalisation d’une bonne huile essentielle.

Les fleurs sont généralement distillées fraiches ou trés légèrement fanées.

Les feuilles sont distillés avec les tiges. Préfanées, les huiles sont généralement plus douces.

Le bois doit être rapé ou broyé avant la distillation.

Les graines sont le plus souvent écrasé afin d’augmenter la surface de contact avec la vapeur d’eau et de réduire le temps de distillation.

Les fruits peuvent être distillés secs mais le rendement est alors plus faible et l’huile moins fine.

Découvrez nos articles

Vous aimerez aussi

Découvrez la box d'automne 2021 sur la guimauve

Découvrez la box d’automne 2021 sur la guimauve et l’ail des ours

Comment utiliser l'ail des ours
L’ail des ours

Découvrez l’ail des ours, une délicieuse plante sauvage qui vous veut du bien !

la guimauve officinale pour se soigner à la maison
La guimauve

Découvrez la guimauve, une plante sauvage douce et mucilagineuse qui vous veut du bien !

Zoom sur la bétuline
Zoom sur la bétuline

La bétuline est une des molécules actives principales du bouleau. Elle est à l’origine de nombres de ces propriétés, découvrez-les !

Comment cueillir et utiliser le bouleau ?
Le bouleau

Découvrez le bouleau et apprenez à l’utiliser pour les plantes…