Macérât huileux de lierre terrestre

on 15 septembre 2019 No comments

Le macérât huileux de lierre terrestre est recommandé en massage pour soulager les écchymoses, les articulations douloureuses et les rhumatismes.

Matériel :

  • pot à macération
  • pilon et mortier
  • touilleur
  • 40ml d’huile d’olive vierge biologique première pression à froid
  • 4g de lierre terrestre séché
  • flacon de stockage
  • linge ou écumoire pour la filtration

Mode opératoire :

Commencer par stériliser et sécher votre matériel.

Pulvérisez vos plantes dans un pilon et un mortier. Une poudre grossière suffira pour cette macération. Cependant plus celle-ci sera fine et plus le contact huile/plante sera important et favorisera l’extraction des propriétés du lierre.

Placez votre poudre dans le pot de macération et couvrez d’huile.

Placez près d’une source chaude (sans excès) pendant 3 semaines. La solarisation, c’est à dire l’exposition à la lumière du soleil n’est pas nécessaire dans le cas présent.

Au terme des trois semaines, filtrez votre macérât et stockez le dans un flacon en verre ambré. Pour un stockage optimal, conservez le à l’abri de la lumière, au frais et au sec.

Massez les zones douloureuses chaque jour et pensez à consulter votre médecin en cas de douleurs persistantes et/ou aigus. Le meilleur de remède ne sera, dans tous les cas efficace, que si le diagnostique initial est bon.

La boutique est actuellement en refonte mais vous pourrez très prochainement y retrouver tout le matériel nécessaire à vos préparations et à leur stockage !

MarieNepote-citMacérât huileux de lierre terrestre

La Box d’automne : L’ortie dioïque et le lierre terrestre

on 5 septembre 2019 No comments

L’été s’efface peu à peu pour laisser l’automne s’installer. Alors que nous profiterons bientôt du parfum délicieux de l’humidité dans l’air et des couleurs chatoyantes dont vont se parer les arbres, les petits maux de l’hiver vont eux aussi faire leur retour. Gorge qui gratte, nez pris, rhume et autres joyeuseté s’invitent en cette période de transition que nos corps tentent d’apprivoiser.

Vous découvrirez dans cette box d’automne, l’ortie dioïque. Loin de vous être inconnue, êtes-vous sure de la détester en toute connaissance de cause ? L’ortie est une plante fabuleuse en cette période. Son action reminéralisante aidera votre organisme à se préparer pour la saison froide. Mais gardons encore un peu de mystère sur ces vertus pour vous laissez les découvrir dans votre box !

De son côté le lierre terrestre est plus discret. Bien que pouvant devenir envahissant, il regorge lui aussi de propriétés que vous saurez apprécier tout au long de l’hiver. Alors qu’il se prépare pour sa deuxième phase de croissance, vous n’aurez plus envie de l’arracher frénétiquement de vos parterres mais serez ravie de le prélever pour soulager vos maux !

Le contenu de votre box d’automne

Retrouvez également vos deux fiches herbiers. Elles synthétisent les informations à connaître sur les plantes et ont un format facilement transportable pour vous accompagner en ballade.

Collectionnez-les au fur et à mesure des box pour vous créer un herbier mobile et personnalisé en fonction de vos connaissances.

Le cadeau de la box d’automne

Comme dans chacune de nos box, nous vous offrons une petite surprise en lien avec l’herboristerie.

Ce trimestre découvrez le livret mi-herbier mi-carnet que nous avons conçu afin de vous accompagner dans votre apprentissage. Élegant et design, il vous permettra de constituer votre propre flore avec les plantes qui vous entourent. Faîtes sécher vos plantes à plat dans un livre pour les ajouter sur les pages herbier et utilisez le au fil de vos promenades pour noter les informations que vous recueillez sur les plantes.

Vous avez jusqu’au 26 Novembre pour commander la box d’automne mais n’attendez pas trop pour pouvoir profiter de tous ses bienfaits !

Et si vous avez besoin de vous équiper en matériel, pensez aux kits de Ma Box d’Herboriste !

MarieNepote-citLa Box d’automne : L’ortie dioïque et le lierre terrestre

Produire ses graines de plantain

on 31 juillet 2019 No comments

Peut être avez-vous découvert lors d’un épisode de Cash Investigation combien les semences sont précieuses et doivent être protégées …

Peut être étiez vous déjà familiarisé avec cette problématique ?

Dans tous les cas, il n’y a pas que les plantes potagères que l’on peut reproduire grâce à leurs semences. Les plantes médicinales peuvent également l’être. Cela peut d’ailleurs permettre de les cultiver chez soi sans les prélever dans la nature.

Si le mécanisme reste identique, la technique varie un peu selon les plantes. Aujourd’hui, nous allons donc vous expliquer comment nous produisons les graines de plantain lancéolé.

Petit résumé de botanique

Les graines sont produites par les plantes afin d’assurer leur reproduction. Il convient donc de savoir tout d’abord où chercher les graines.

Nous allons donc parler de sexualité. Rien d’indécent je vous le promet !

La reproduction des plantes résulte comme chez l’humain de la rencontre entre les gamètes mâles (pollen) et les gamètes femelles (ovule), chacun porté sur un organe mâle (étamine) ou femelle (pistil).

reproduction sexué des plantes : produire ses graines de plantain lancéolé

L’ovule ne déplace pas, ainsi pour trouver les graines et suivre leur maturation, il faut trouver le pistil. Celui-ci est composé de différents éléments qui vont se transformer après fécondation. La base du pistil va devenir le fruit. L’ovaire va devenir l’amande du fruit. L’ovule fécondé va devenir la graine.

Sur les graines de tailles importantes, il est facile de voir ces différents éléments mais sur la plupart des graines le fruit et l’amande sont presque indissociables et donne l’impression de n’être qu’un amas de « peau », on parle alors de cosses ou de sons. Les appellations varient selon sa source (botanistes, agriculteurs, le terme employé n’est pas forcément le reflet d’un vocabulaire scientifique mais le reflet de son usage).

Produire ses graines de plantain

Les plantains arrivent à maturité fin juillet début aout. En fonction de l’état de leur floraison, la récolte peut s’échelonner jusqu’à Septembre ou démarrer plus tôt selon la météo.

A l’aide d’un plateau léger, secouer les hampes florales sèches pour en faire tomber les graines. Il vous faudra ensuite souffler délicatement dessus pour séparer les graines des cosses. Cette étape peut être longue et reste difficile car les graines étant légères, elles ont tendance également à s’envoler.

La seule difficulté de la récolte des graines de plantain est de trouver le moment où elles sont à maturité et suffisamment sèches mais pas trop tard sinon elles seront déjà toutes tombées.

La photo ci-dessus illustre le développement de la fleur de plantain pendant la maturation. De la mise à fleur de la hampe florale jusqu’au pétiole vide de toutes graines, l’étape 5 correspond au stade où la graine est mature mais pas encore sèche. Pour faciliter la récolte, vous pouvez couper la hampe et la laisser sécher à plat sur une feuille. Les graines finiront ainsi de sécher et tomberont seules sur votre support. En utilisant cette technique, je vous enjoins à la prudence : ne prélever pas tout pour que le pied mère puisse se reproduire et nourrir la biodiversité animale qui l’entoure.

Conserver ses graines

Comment conserver ses graines ?

Les graines se conservent au moins une année. Dans le cas du plantain, elles n’ont pas besoin de gel pour pouvoir germer.

Conserver les au sec, dans le noir et à l’abri des rongeurs pour pouvoir les conserver jusqu’à l’année prochaine. Leur qualité germinative, c’est à dire le nombre de graines qui germeront dans votre lot, décroitrera avec le temps.

MarieNepote-citProduire ses graines de plantain

A la découverte de la première box !

on 18 juillet 2019 No comments

Le 15 Juillet 2019, nous avons lancé sur les routes de la France, de la Belgique, de la Suisse et de l’Allemagne, nos petites box.

Alors que nous commençons à rassembler les retours, nous pouvons enfin faire découvrir le contenu de cette première box aux curieux qui souhaitaient le voir avant de commander !

Cette première box était donc dédiée au plantain lancéolé, à la carotte et à la fleur de sureau.

Le livret vous guide pour apprendre à les reconnaître à l’état sauvage, les cultiver et les utiliser.

Grâce au plantain, vous pourrez réaliser un baume anti-piqûres, un vinaigre contre les piqures d’aoûtats ainsi qu’un sirop de suc contre la toux. Il saura devenir indispensable dans votre jardin ou balcon médicinal été comme hiver !

De son coté la carotte, bien qu’ordinaire, sauvera votre peau toute l’année : l’été après le soleil en macérât, en cas de brulures en l’associant au millepertuis ou toute l’année pour éviter les taches de vieillesse et protéger votre peau du vieillissement.

Vous découvrirez les vertus des fleurs de sureau en macérât ou en infusion ainsi que la recette si délicieuse du « champagne » de sureau pour égayer vos apéritifs !

La box n°1 : été 2019 sur le Plantain, la carotte et la fleur de sureau est disponible jusqu’à fin Août !
Alors n’attendez plus pour vous abonner !

On se retrouve très bientôt pour la box d’automne et pour faire découvrir les Kit d’herboriste que nous avons préparé pour vous !

MarieNepote-citA la découverte de la première box !

L’herboristerie et la législation en France

on 21 juin 2019 No comments

D’après la législation, l’Herboristerie n’est pas reconnue en France. Ainsi il n’y a pas de diplôme officiel et chacun est libre d’exercer la profession comme bon lui semble car non controlée. Cela dit, non controlée d’un point de vu compétence, ne signifie pas que l’on peut faire ce que l’on veut avec les plantes. Compte tenu du flou législatif et de la méconnaissance générale de la législation particulière à l’herboristerie, nous avons décidé de vous faire un petit récapitulatif sur les lois qui s’appliquent à Ma Box d’Herboriste.

Que signifie la non-reconnaissance de l’Herboristerie en France ?

Pour commencer, il faut savoir que l’herboristerie n’est plus reconnue en France depuis le régime de Pétin. En effet, la suppression du diplôme officiel d’Herboriste sous Vichy a entrainé une application particulièrement concrète pour le métier : seuls les herboristes diplômés avant 1941 ou les pharmaciens peuvent exercer l’Herboristerie.

C’était en tout cas la position du gouvernement jusqu’en 1979, où une première avancée permet à des non-pharmaciens de vendre et transformer une liste de 39 plantes. Ces plantes sont alors « sorties » du domaine réservé à la pharmacopée. (décret n° 79-480 du 15 juin 1979).

Depuis 2008, ce sont 148 plantes médicinales qui ont été retiré du monopole pharmaceutique (Décret no 2008-841 du 22 août 2008 relatif à la vente au public des plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée et modifiant l’article D. 4211-11 du code de la santé publique). Concrètement, cela signifie que n’importe qui peut produire, vendre et transformer ces plantes médicinales.

148 plantes libérées du monopole pharmaceutique en 2008

 

Par ailleurs, le métier d’Herboriste et les diplômes dispensés par les écoles d’Herboristerie (formations généralement en 3 ans) ne sont pas reconnus comme étant qualifiés ou compétents. L’Herboriste n’a donc pas accès à l’ensemble des plantes médicinales car n’est pas pharmacien et dispose donc des mêmes droits que chacun a utilisé les 146 plantes libres d’accès ,ni plus, ni moins. De ce fait, demain, sans aucunes connaissances, vous pouvez ouvrir une herboristerie et y vendre des plantes médicinales. Heureusement, le bon sens amène uniquement les gens formés à cette profession à le faire. Cependant, un cadre est réclamé et soutenu, notamment par les écoles de formation et les syndicats professionnels du secteur.

Les droits et interdits de la législation vis à vis des herboristes

Les interdits

La pose de diagnostic

Pour rappel, un herboriste au sens du dictionnaire est « une personne qui pratique le commerce et la transformation de plantes médicinales dans une officine appelée herboristerie ». Ainsi l’obligation principale de l’herboriste est l’absence de diagnostic. N’étant pas diplômé de médecine, il ne peut établir de diagnostic, au risque de se voir accusé de « pratiquer illégalement la médecine ».

Concrètement, cela signifie que si vous allez voir un herboriste et que vous lui demandez ce qui peut vous soigner car vous avez le nez qui coule et les yeux rouges, il n’a pas le droit de vous répondre « c’est probablement une allergie, appliquez un hydrolat de romarin sur vos yeux pour les soulager et faites une fumigation de thym pour assécher les muqueuses nasales ». Par contre, si vous allez le voir en lui disant « j’ai une allergie, mes yeux sont rouges et me piquent. Mon nez coule sans cesse. », là il aura le droit de vous conseillez des plantes pour soulager ou apaiser les symptômes.

Vous ne voyez pas la différence dans ces simulations d’échanges ? Pourtant, il y en a une majeure : l’un pose un diagnostic et l’autre conseille simplement des plantes pour « apaiser » un symptôme. L’enjeu étant bien sur de ne pas diagnostiquer et de ne pas soigner. C’est pour cela, qu’à moins d’une erreur de saisie, nous n’employons pas de terme lié à la médecine. Cela ne veut pourtant pas dire que les plantes ne soignent pas. A l’heure actuelle, si votre médecin, vous prescrit des plantes alors elle soigneront une maladie, si un herboriste vous conseille des plantes, elles apaiseront vos symptômes.

Les plantes du domaine de la pharmacopée

Certaines plantes ne nous sont pas accessibles dans le sens où nous ne pouvons en faire « commerce ». C’est à dire, que l’herboriste ne peut pas vous les vendre préparées ou prêtes à l’emploi. La bourrache, par exemple, est répandue en tant que plante mellifère aux fleurs condimentaires, dans les pépinières ou chez les semenciers, mais ne peut être préparée par un herboriste.

Pour autant, il a parfaitement le droit de vous en parler. L’herboriste peut donc tout à fait vous conseiller de prendre cette plante. Tout comme, il peut vous indiquer une posologie et des techniques d’utilisations mais il ne peut pas le faire pour vous.

Les droits de l’Herboriste

L’herboriste ou Herbaliste a le droit de diffuser son savoir. Il peut partager ses connaissances sur les plantes y compris du monopole pharmaceutique.

C’est tout à fait légal de vendre et de préparer des plantes tant qu’elles sont hors domaine pharmaceutique.

Les plantes médicinales autorisées librement par la législation

Ci-dessous, vous trouverez la liste de 148 plantes médicinales autorisées par la législation à laquelle s’ajoute environ une centaine de plantes aromatiques et épices libres d’accès. Les formes de préparations ont un impact non négligeable : la sauge officinale peut être vendue séchée, par tous, mais pas sous forme d’huile essentielle car elle est jugée dangereuse à cause de sa concentration en principe actif.

Législation législation box herboriste herboristerie droit lois législations box herboristerie droit légale métier herboristerie herboriste législation loi cadre législatif

NOMS FRANÇAIS NOMS SCIENTIFIQUES
et synonymes
FAMILLE PARTIES UTILISÉES
de la plante
FORMES
de préparation
Acacia à gomme. Acacia senegal (L.) Willd. et autres espèces d’acacias d’origine africaine. Fabaceae Exsudation gommeuse = gomme arabique. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Ache des marais. Apium graveolens L. Apiaceae Souche radicante. En l’état
En poudre
Achillée millefeuille.
Millefeuille.
Achillea millefolium L. Asteraceae Sommité fleurie. En l’état
Agar-agar. Gelidium sp., Euchema sp., Gracilaria sp. Rhodophyceae Mucilage = gélose. En l’état
En poudre
Ail. Allium sativum L. Liliaceae Bulbe. En l’état
En poudre
Airelle myrtille.
Ajowan. Carum copticum Benth. et Hook. f.
(= Psychotis ajowan DC.).
Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Alchémille. Alchemilla vulgaris L. (sensu latiore). Rosaceae Partie aérienne. En l’état
Alkékenge.
Coqueret.
Physalis alkekengi L. Solanaceae Fruit. En l’état
Alliaire. Sisymbrium alliaria Scop. Brassicaceae Plante entière. En l’état
En poudre
Aloès des Barbades. Aloe barbadensis Mill.
(= Aloe vera L.).
Liliaceae Mucilage. En l’état
En poudre
Amandier doux. Prunus dulcis (Mill.) D. Webb var. dulcis. Rosaceae Graine, graine mondée. En l’état
En poudre
Ambrette. Hibiscus abelmoschus L. Malvaceae Graine. En l’état
En poudre
Aneth. Anethum graveolens L.
(= Peucedanum graveolens Benth. et Hook.).
Apiaceae Fruit. En l’état.
En poudre
Aneth fenouil.
Angélique.
Angélique officinale.
Angelica archangelica L.
(= Archangelica officinalis Hoffm.).
Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Anis.
Anis vert.
Pimpinella anisum L. Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Anis étoilé.
Ascophyllum. Ascophyllum nodosum Le Jol. Phaeophyceae Thalle. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Aspérule odorante. Galium odoratum (L.) Scop.
(= Asperula odorata L.).
Rubiaceae Partie aérienne fleurie. En l’état
Aspic.
Lavande aspic.
Lavandula latifolia (L. f.) Medik. Lamiaceae Sommité fleurie. En l’état
Astragale à gomme.
Gomme adragante.
Astragalus gummifer (Labill.) et certaines espèces du genre Astragalus d’Asie occidentale. Fabaceae Exsudation gommeuse = gomme adragante. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Aubépine.
Epine blanche.
Crataegus laevigata (Poir.) DC.,
C. monogyna Jacq. (Lindm.)
(= C. oxyacanthoïdes Thuill.).
Rosaceae Fruit. En l’état
Aunée.
Aunée officinale.
Inula helenium L. Asteraceae Partie souterraine. En l’état
En poudre
Avoine. Avena sativa L. Poaceae Fruit. En l’état
En poudre
Badianier de Chine.
Anis étoilé.
Badiane de Chine.
Illicium verum Hook. f. Magnoliaceae Fruit = badiane de Chine ou anis étoilé. En l’état,
non fragmenté
Balsamite odorante.
Menthe coq.
Balsamita major Desf.
(= Chrysanthemum balsamita [L.] Baill.).
Asteraceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
Bardane (grande). Arctium lappa L.
(= A. majus [Gaertn.] Bernh.)
(= Lappa major Gaertn.).
Asteraceae Feuille, racine. En l’état
Basilic.
Basilic doux.
Ocimum basilicum L. Lamiaceae Feuille. En l’état
En poudre
Baumier de Copahu.
Baume de Copahu.
Copaifera officinalis L.,
C. guyanensis Desf.,
C. lansdorfii Desf.
Fabaceae Oléo-résine dite baume de copahu » . En l’état
Bétoine. Stachys officinalis (L.) Trevis.
(= Betonica officinalis L.).
Lamiaceae Feuille. En l’état
Bigaradier.
Blé. Triticum aestivum L. et cultivars
(= T. vulgare Host)
(= T. sativum Lam.).
Poaceae Son. En l’état
En poudre
Bouillon blanc. Verbascum thapsus L.,
V. densiflorum Bertol.
(= V. thapsiforme Schrad.),V. phlomoides L.
Scrophulariaceae Corolle mondée. En l’état
Bourrache. Borago officinalis L. Boraginaceae Fleur. En l’état
Bruyère cendrée. Erica cinerea L. Ericaceae Fleur. En l’état
Camomille allemande.
Camomille romaine. Chamaemelum nobile (L.) All.
(= Anthemis nobilis L.).
Asteraceae Capitule. En l’état
Camomille vulgaire.
Canéficier. Cassia fistula L. Fabaceae Pulpe de fruit. En l’état
Cannelier de Ceylan.
Cannelle de Ceylan.
Cinnamomum zeylanicum Nees. Lauraceae Ecorce de tige raclée = cannelle de Ceylan. En l’état
En poudre
Cannelier de Chine.
Cannelle de Chine.
Cinnamomum aromaticum Nees,
C. cassia Nees ex Blume.
Lauraceae Ecorce de tige = cannelle de Chine. En l’état
En poudre
Capucine. Tropaeolum majus L. Tropaeolaceae Feuille. En l’état
Cardamome. Elettaria cardamomum (L.) Maton. Zingiberaceae Fruit. En l’état
En poudre
Caroubier.
Gomme caroube.
Ceratonia siliqua L. Fabaceae Graine mondée = gomme caroube. En l’état
En poudre
Carragaheen.
Mousse d’Irlande.
Chondrus crispus Lingby. Gigartinaceae Thalle. En l’état
Carthame. Carthamus tinctorius L. Asteraceae Fleur. En l’état
Carvi.
Cumin des prés.
Carum carvi L. Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Cassissier.
Groseiller noir.
Ribes nigrum L. Grossulariaceae Feuille, fruit. En l’état
Centaurée (petite). Centaurium erythraea Raf.
(= Erythraea centaurium [L.] Persoon)
(= C. minus Moench)(= C. umbellatum Gilib.).
Gentianaceae Sommité fleurie. En l’état
Cerisier griottier.
Chicorée. Cichorium intybus L. Asteraceae Feuille, racine. En l’état
Chiendent (gros).
Chiendent pied de poule.
Cynodon dactylon (L.) Pers. Poaceae Rhizome. En l’état
Chiendent.
Chiendent (petit).
Elytrigia repens [L.] Desv. ex Nevski
(= Agropyron repens [L.] Beauv.)
(= Elymus repens [L.] Goudl.).
Poaceae Rhizome. En l’état
Citronnelles. Cymbopogon sp. Poaceae Feuille. En l’état
En poudre
Citrouille.
Clou de girofle.
Cochléaire. Cochlearia officinalis L. Brassicaceae Feuille. En l’état
Colatier.
Coquelicot. Papaver rhoeas L.,
P. dubium L.
Papaveraceae Pétale. En l’état
Coqueret.
Coriandre. Coriandrum sativum L. Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Courge citrouille.
Citrouille.
Cucurbita pepo L.. Cucurbitaceae Graine. En l’état
Courge.
Potiron.
Cucurbita maxima Lam. Cucurbitaceae Graine. En l’état
Criste marine.
Perce-pierre.
Crithmum maritimum L.. Apiaceae Partie aérienne. En l’état
Cumin des prés.
Curcuma long. Curcuma domestica Vahl
(= C. longa L.).
Zingiberaceae Rhizome. En l’état
En poudre
Cyamopsis.
Gomme guar.
Guar.
Cyamopsis tetragonolobus (L.) Taub. Fabaceae Graine mondée = gomme guar. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Eglantier.
Cynorrhodon.
Rosier sauvage.
Rosa canina L., R. pendulina L. et autres espèces de Rosa. Rosaceae Pseudo-fruit = cynorrhodon. En l’état
Eleuthérocoque. Eleutherococcus senticosus Maxim. Araliaceae Partie souterraine. En l’état
Estragon. Artemisia dracunculus L. Asteraceae Partie aérienne. En l’état
En poudre
Eucalyptus.
Eucalyptus globuleux.
Eucalyptus globulus Labill. Myrtaceae Feuille. En l’état
Fenouil amer. Foeniculum vulgare Mill. var. vulgare. Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Fenouil doux.
Aneth fenouil.
Foeniculum vulgare Mill. var. dulcis. Apiaceae Fruit. En l’état
En poudre
Fenugrec. Trigonella foenum-graecum L. Fabaceae Graine. En l’état
En poudre
Févier.
Figuier. Ficus carica L. Moraceae Pseudo-fruit. En l’état
Frêne. Fraxinus excelsior L.,
F. oxyphylla M. Bieb.
Oleaceae Feuille. En l’état
Frêne à manne. Fraxinus ornus L. Oleaceae Suc épaissi dit manne ». En l’état
En poudre
Fucus. Fucus serratus L.,
F. vesiculosus L.
Fucaceae Thalle. En l’état
En poudre
Galanga (grand). Alpinia galanga (L.) Willd. Zingiberaceae Rhizome. En l’état
En poudre
Galanga (petit). Alpinia officinarum Hance. Zingiberaceae Rhizome. En l’état
En poudre
Genévrier.
Genièvre.
Juniperus communis L. Cupressaceae Cône femelle dit baie de genièvre ». En l’état
Gentiane.
Gentiane jaune.
Gentiana lutea L. Gentianaceae Partie souterraine. En l’état
En poudre
Gingembre. Zingiber officinale Roscoe. Zingiberaceae Rhizome. En l’état
En poudre
Ginseng.
Panax de Chine.
Panax ginseng C.A. Meyer
(= Aralia quinquefolia Decne. et Planch.).
Araliaceae Partie souterraine. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Giroflier. Syzygium aromaticum (L.) Merr. et Perry
(= Eugenia caryophyllus (Sprengel) Bull. et Harr.).
Myrtaceae Bouton floral = clou de girofle. En l’état
En poudre
Gléditschia.
Févier.
Gleditschia triacanthos L.,
G. ferox Desf.
Fabaceae Graine. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Gomme adragante.
Gomme arabique.
Gomme caroube.
Gomme de sterculia.
Gomme guar.
Gomme Karaya.
Gomme M’Bep.
Griottier.
Cerisier griottier.
Queue de cerise.
Prunus cerasus L.,
P. avium (L.) L.
Rosaceae Pédoncule du fruit = queue de cerise. En l’état
Groseiller noir.
Guar.
Guarana.
Guimauve. Althaea officinalis L. Malvaceae Feuille, fleur, racine. En l’état
En poudre (racine)
Hibiscus.
Houblon. Humulus lupulus L. Cannabaceae Inflorescence femelle dite cône de houblon ». En l’état
Jujubier. Ziziphus jujuba Mill.
(= Z. sativa Gaertn.)
(= Z. vulgaris Lam.)(= Rhamnus zizyphus L.).
Rhamnaceae Fruit privé de graines. En l’état
Karkadé.
Oseille de Guinée.
Hibiscus.
Hibiscus sabdariffa L. Malvaceae Calice et calicule. En l’état
Kolatier.
Colatier.
Kola.
Cola acuminata (P. Beauv.) Schott et Endl.
(= Sterculia acuminata P. Beauv.),
C. nitida (Vent.) Schott et Endl.(= C. vera K. Schum.) et variétés.
Sterculiaceae Amande dite noix de kola ». En l’état
En poudre
Lamier blanc.
Ortie blanche.
Lamium album L. Lamiaceae Corolle mondée, sommité fleurie. En l’état
Laminaire. Laminaria digitata J.P. Lamour.,
L. hyperborea (Gunnerus) Foslie,
L. cloustonii Le Jol.
Laminariaceae Stipe, thalle. En l’état
Extrait sec aqueux (thalle)
Laurier commun.
Laurier sauce.
Laurus nobilis L. Lauraceae Feuille. En l’état
En poudre
Lavande.
Lavande vraie.
Lavandula angustifolia Mill.
(= L. vera DC.).
Lamiaceae Fleur, sommité fleurie. En l’état
Lavande aspic.
Lavande stoechas. Lavandula stoechas L. Lamiaceae Fleur, sommité fleurie. En l’état
Lavande vraie.
Lavandin Grosso ». Lavandula × intermedia Emeric ex Loisel. Lamiaceae Fleur, sommité fleurie. En l’état
Lemongrass de l’Amérique centrale. Cymbopogon citratus (DC.) Stapf. Poaceae Feuille. En l’état
En poudre
Lemongrass de l’Inde. Cymbopogon flexuosus (Nees ex Steud.) J.F. Wats. Poaceae Feuille. En l’état
En poudre
Lichen d’Islande. Cetraria islandica (L.) Ach. sensu latiore. Parmeliaceae Thalle. En l’état
Lierre terrestre. Glechoma hederacea L.
(= Nepeta glechoma Benth.).
Lamiaceae Partie aérienne fleurie. En l’état
Lin. Linum usitatissimum L. Linaceae Graine. En l’état
En poudre
Livèche. Levisticum officinale Koch. Apiaceae Feuille, fruit, partie souterraine. En l’état
En poudre
Macis.
Marjolaine.
Origan marjolaine.
Origanum majorana L.
(= Majorana hortensis Moench).
Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Maté.
Thé du Paraguay.
Ilex paraguariensis St.-Hil.
(= I. paraguayensis Lamb.).
Aquifoliaceae Feuille. En l’état
Extrait sec aqueux
Matricaire.
Camomille allemande.
Camomille vulgaire.
Matricaria recutita L.
(= Chamomilla recutita [L.] Rausch.)
(= M. chamomilla L.).
Asteraceae Capitule. En l’état
Mauve. Malva sylvestris L. Malvaceae Feuille, fleur. En l’état
Mélisse. Melissa officinalis L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
Menthe coq.
Menthe poivrée. Mentha × piperita L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
Menthe verte. Mentha spicata L. (= M. viridis L.). Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
Ményanthe.
Trèfle d’eau.
Menyanthes trifoliata L. Menyanthaceae Feuille. En l’état
Millefeuille.
Mousse d’Irlande.
Moutarde junciforme. Brassica juncea (L.) Czern. Brassicaceae Graine. En l’état
En poudre
Muscadier aromatique.
Macis.
Muscade.
Myristica fragrans Houtt.
(= M. moschata Thunb.).
Myristicaceae Graine dite muscade » ou noix de muscade », arille dite macis ». En l’état
En poudre (graine)
Myrte. Myrtus communis L. Myrtaceae Feuille. En l’état
Myrtille.
Airelle myrtille.
Vaccinium myrtillus L. Ericaceae Feuille, fruit. En l’état
Olivier. Olea europaea L. Oleaceae Feuille. En l’état
Oranger amer.
Bigaradier.
Citrus aurantium L.
(= C. bigaradia Duch.)
(= C. vulgaris Risso).
Rutaceae Feuille, fleur, péricarpe dit écorce » ou zeste. En l’état
En poudre (péricarpe)
Oranger doux. Citrus sinensis (L.) Pers.
(= C. aurantium L.).
Rutaceae Péricarpe dit écorce » ou zeste. En l’état
En poudre
Origan. Origanum vulgare L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Origan marjolaine.
Ortie blanche.
Ortie brûlante. Urtica urens L. Urticaceae Partie aérienne. En l’état
Ortie dioïque. Urtica dioica L. Urticaceae Partie aérienne. En l’état
Oseille de Guinée
Panax de Chine
Papayer. Carica papaya L. Caricaceae Suc du fruit, feuille. En l’état
En poudre (suc du fruit)
Passerose.
Paullinia.
Guarana.
Paullinia cupana Kunth.
(= P. sorbilis Mart.).
Sapindaceae Graine, extrait préparé avec la graine = guarana. En l’état
En poudre (extrait)
Pensée sauvage.
Violette tricolore.
Viola arvensis Murray,
V. tricolor L.
Violaceae Fleur, partie aérienne fleurie. En l’état
Perce-pierre.
Piment de Cayenne.
Piment enragé.
Piment (petit).
Capsicum frutescens L. Solanaceae Fruit. En l’état
En poudre
Pin sylvestre. Pinus sylvestris L. Pinaceae Bourgeon. En l’état
Pissenlit.
Dent de lion.
Taraxacum officinale Web. Asteraceae Feuille, partie aérienne. En l’état
Pommier. Malus sylvestris Mill.
(= Pyrus malus L.).
Rosaceae Fruit. En l’état
Potiron.
Prunier. Prunus domestica L. Rosaceae Fruit. En l’état
Queue de cerise.
Radis noir. Raphanus sativus L. var. niger (Mill.) Kerner. Brassicaceae Racine. En l’état
Raifort sauvage. Armoracia rusticana Gaertn., B. Mey. et Scherb.
(= Cochlearia armoracia L.).
Brassicaceae Racine. En l’état
En poudre
Réglisse. Glycyrrhiza glabra L. Fabaceae Partie souterraine. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Reine-des-prés.
Ulmaire.
Filipendula ulmaria (L.) Maxim.
(= Spiraea ulmaria L.).
Rosaceae Fleur, sommité fleurie. En l’état
Romarin. Rosmarinus officinalis L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Ronce. Rubus sp. Rosaceae Feuille. En l’état
Rose trémière.
Passerose.
Alcea rosea L.
(= Althaea rosea L.).
Malvaceae Fleur. En l’état
Rosier à roses pâles. Rosa centifolia L. Rosaceae Bouton floral, pétale. En l’état
Rosier de Damas. Rosa damascena Mill. Rosaceae Bouton floral, pétale. En l’état
Rosier de Provins.
Rosier à roses rouges.
Rosa gallica L. Rosaceae Bouton floral, pétale. En l’état
Rosier sauvage.
Safran. Crocus sativus L. Iridaceae Stigmate. En l’état
En poudre
Sarriette des jardins. Satureja hortensis L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Sarriette des montagnes. Satureja montana L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Sauge d’Espagne. Salvia lavandulifolia Vahl. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Sauge officinale. Salvia officinalis L. Lamiaceae Feuille. En l’état
Sauge sclarée.
Sclarée toute-bonne.
Salvia sclarea L. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Sauge trilobée. Salvia fruticosa Mill.
(= S. triloba L. f.).
Lamiaceae Feuille. En l’état
En poudre
Seigle. Secale cereale L. Poaceae Fruit, son. En l’état
En poudre
Serpolet.
Thym serpolet.
Thymus serpyllum L. sensu latiore. Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Sterculia.
Gomme Karaya.
Gomme M’Bep.Gomme de Sterculia.
Sterculia urens Roxb., S. tomentosa Guill. et Perr. Sterculiaceae Exsudation gommeuse = gomme de Sterculia, gomme Karaya, gomme M’Bep. En l’état
En poudre
Extrait sec aqueux
Sureau noir. Sambucus nigra L. Caprifoliaceae Fleur, fruit. En l’état
Tamarinier de l’Inde. Tamarindus indica L. Fabaceae Pulpe de fruit. En l’état
En poudre
Temoe-lawacq. Curcuma xanthorrhiza Roxb. Zingiberaceae Rhizome. En l’état
Thé du Paraguay.
Théier.
Thé.
Camellia sinensis (L.) Kuntze
(= C. thea Link)
(= Thea sinensis (L.) Kuntze).
Theaceae Feuille. En l’état
Extrait sec aqueux
Thym. Thymus vulgaris L.,
T. zygis L.
Lamiaceae Feuille, sommité fleurie. En l’état
En poudre
Thym serpolet.
Tilleul. Tilia platyphyllos Scop., T. cordata Mill.
(= T. ulmifolia Scop.) (= T. parvifolia Ehrh.
ex Hoffm.) (= T. sylvestris Desf.),T. × vulgaris Heyne ou mélanges.
Tiliaceae Aubier, inflorescence. En l’état
Trèfle d’eau.
Ulmaire.
Verveine odorante. Aloysia citrodora Palau
(= Aloysia triphylla (L’Hérit.) Britt.)
(= Lippia citriodora H.B.K.).
Verbenaceae Feuille. En l’état
Vigne rouge. Vitis vinifera L. Vitaceae Feuille. En l’état
Violette. Viola calcarata L.,
V. lutea Huds.,
V. odorata L.
Violaceae Fleur. En l’état
Violette tricolore.

La législation et la position de Ma Box d’Herboriste

Box Herboriste Herboristerie législation législation législation box herboriste herboristerie législation législation

Comme tous, nous sommes obligé de respecter la législation.  Justifiée ou non, nous ne pouvons pas l’enfreindre. C’est pourquoi, nous ne pouvons malheureusement pas vous fournir toutes les plantes que nous souhaiterions. En tout cas et conformément à la législation, pas de façon prête à l’emploi …

De ce fait, vous transmettre des connaissances issues du savoir communs sur l’ensemble des plantes utiles, qu’elles soient monopolisées ou non, nous a conduit à une double problématique :

  • Vous ne pourrez vous fournir en plantes séchées pures (très peu de pharmacie dispose de plantes séchées et leur débit sont généralement si faibles que la qualité due au stockage long des plantes est ridiculement faible)
  • Nous refusons les préparations composées qui malheureusement sont préparées (dans la majorité des cas – il y a des exceptions !) avec des adjuvants ou dans des conditions techniques et d’éthiques que nous refusons.

Il était alors impensable de ne parler que de 148 plantes (et pas forcément les plus interessantes bien sur !), c’est pourquoi il est apparu d’autant plus évident et crucial de vous encourager à produire vos propres plantes en vous permettant de les cultiver ! Exceptions faites de certaines plantes « joyeuses » (le cannabis par exemple), la culture n’est pas interdite : vous pouvez avoir du millepertuis dans votre jardin ! D’ailleurs, vous pouvez vous faire un bouquet chez moi pour décorer (ou ce que vous voulez) chez vous …

« Cultiver votre propre jardin médicinal en sachant l’utiliser, vous permettra d’être autonome face au monopole pharmaceutique »

Nous avons le droit de dire qu’un sirop de thym ou de plantain est réputé soigner la toux mais nous ne pouvons le vendre avec cette allégation car elle est médicale. Si nous décidions de produire un tel sirop, nous devrions noter dessus « soulage les voies respiratoires » ; ce qui en plus d’être imprécis, n’a aucun sens…

Dans ces conditions, plus nous serons nombreux à connaître les plantes et à pratiquer l’Herboristerie, et plus nous avons de chances qu’elle soit reconnue. Dès lors un cadre légal sera la seule solution pour éviter les dérives et abus…

MarieNepote-citL’herboristerie et la législation en France

Teaser de la première box estivale !

on 8 juin 2019 No comments

Pour ne pas gâcher la surprise de ceux qui ont gardé leur âme d’enfant tout en satisfaisant les plus curieux d’entre vous, nous avons choisi l’option d’un petit post pour vous donner un premier aperçu des graphismes du livret !

Avez-vous reconnu les plantes dont nous parlerons dans cette première édition ?

Et si vous voulez nous donner un petit coup de « pousse »,

partagez Ma Box d’Herboriste sur Facebook pour nous aider à nous faire connaître !

MarieNepote-citTeaser de la première box estivale !

Phytothérapie : Application concrète de l’Herboristerie

on 7 juin 2019 No comments

Tout d’abord, il convient de connaître la définition de la phytothérapie et de l’herboristerie pour pouvoir ensuite en saisir les nuances. En effet, le retour si plébiscité aux médecines douces et aux soins naturels a fait naître pléthore de nouveaux domaines : Aromathérapie, Naturophatie, Phytothérapie, Lithotérapie etc …

Se soigner par les plantes, se soigner par les pierres ou encore se soigner par l’énergie, toutes ces méthodes nouvelles ou découvertes sont tournées vers une dimension naturelle du soin et du bien être.

Au final, nous ne ferons pas ici l’énumération de toutes les thérapies douces possibles car elles sont bien trop nombreuses mais nous nous concentrerons sur la différence entre la phytothérapie et l’herboristerie.

Définition de la Phytothérapie :

Dans le dictionnaire Le Larousse, on peut lire la définition suivante :  » Traitement ou prévention des maladies par l’usage des plantes. « 

En parallèle, la définition de l’herboristerie est la suivante :  » Commerce des plantes médicinales ou hygiéniques // Local où ces plantes sont conservées, conditionnées, délivrées « 

A la lumière de ces définitions, on comprend que l’un est l’usage fait des plantes et l’autre la façon dont elles sont préparées. A dire vrai, cela correspond à la vision actuelle possible des ces deux métiers qui sont effectivement complémentaires. L’herboriste connait les plantes, les prépare en vue de soigner des affections. Le phytothérapeute lui prescrit (s’il y est habilité) les traitements.

Afin d’exercer sa profession, le phytothérapeute doit connaître un large éventail de remède. Ainsi il est normalement habilité à utiliser l’aromathérapie, c’est à dire l’usage médicinal des huiles essentiels autant que des infusions de plantes fraiches ou encore prescrire des compliments alimentaires naturels. Les laboratoires ont produisent des gammes étendues pour les phytothérapeutes et les naturopathes : des produits minceurs, de la phytothérapie pour dormir, des relaxants contre le stress ou l’anxiété. Le panel d’utilisation est aussi large que celui des vertus offert par les plantes.

L’herboriste lui peut pas vous conseillé sur les produits des laboratoires. Sa formation lui apprend à reconnaitre et produire les plantes médicinales ainsi qu’à les transformer. Il saura vous conseiller sur les huiles essentielles qu’il produit et leur usage ainsi que sur les plantes et la forme d’assimilation qu’il convient d’utiliser (en teinture, en infusion…)

MarieNepote-citPhytothérapie : Application concrète de l’Herboristerie