Reconnaître le lierre terrestre – Glechoma hederacea L.

Le lierre terrestre était l’une des deux plantes présentées dans notre seconde box à l’automne dernier(que vous pouvez encore vous procurer ici si vous l’aviez raté).
C’est une plante discrète mais qui une fois installée peut rapidement s’étendre formant de beaux tapis verdoyant à la floraison printanière violette.

Il dispose de propriétés très interessantes en herboristerie notamment anti-inflammatoire, béchique, émollient, cicatrisant, etc… Il a notamment un fort intérêt dans les maladies avec écoulements importants tel que le rhume ou la bronchite car il assèche les mucus.

Il n’est cependant pas toujours évident lorsque l’on débute en botanique de l’identifier ; cet article a donc été rédigé dans le but d’éclairer nos abonnés suite aux échanges sur le groupe Facebook de Ma Box d’Herboriste (réservé aux abonnés de la box).

Quels sont les critères d’identification qui permettent d’identifier une plante ?

En botanique de terrain, on utilise nos cinq sens pour identifier un végétal :

  • La vue pour définir sa forme, sa couleur, son environnement.
  • Le toucher pour identifier un végétal duveteux ou rèche, une tige ronde ou carrée.
  • L’odorat pour distinguer un parfum ou l’absence de fragrance
  • L’ouïe pour identifier les feuillages qui « crépitent » ou « froissent »
  • Et enfin le gout pour les plus experts qui « goutent » succinctement un morceau de la plante pour distinguer certains cultivars

Nos sens nous permettent ainsi de définitions un certain nombre d’observations, remarques, distinctions qui vont nous permettre de définir une famille de plante puis d’affiner l’identification jusqu’à la plante observée.

Parmi les critères les plus importants (mais aussi les plus simples), on retrouvera :

  • la forme de la feuille (avec ou sans pétiole, forme du limbe, lisse ou dentée, entière ou découpée)
  • la présence de poils (absence ou présence, rèche, duveteux, urticant, positionnement particulier …)
  • la forme et la couleur des fleurs (nombre de pétales, sépales ou tépales, monoïque ou dioïque, parfums…)
  • les caractéristiques de la tige (ronde, carrée, ligneuse ou herbacée…)
  • si besoin le type de système racinaire (pivot ou fasciculé, ruberculé …)

Il est également important de tenir compte de l’environnement : prairie, lisière, exposition au soleil, sol très dur ou détrempé car à proximité d’une source d’eau mais également présence de prédateurs ou passage fréquent qui peuvent modifier le port, la taille de la plante qui s’adapte pour survivre.

La feuille caudiforme du lierre terrestre

L’un des critères les plus caractéristiques du lierre terrestre est la forme de coeur inversé du limbe de ses feuilles. La crénelure, c’est à dire le bord de la feuille est régulière et cillée car elle forme une sorte de petite pointe.

Le limbe côté pétiole est dit réniforme car il forme des lobes qui « ferme » presque la feuille.

1) feuille de lierre terrestre (jeune sur pied en pleine floraison), 2) Ficaire renoncule 3) Ortie dioïque 4) Lamier pourpre

Sur les exemples ci dessous, on peut voir des formes de limbes similaires : le lierre terrestre et la ficaire renoncule ont un limbe cordiforme tandis que l’ortie et le lamier pourpre possède un limbe dit ovale. La forme des feuilles peut varier entre les plus basales et les plus hautes sur la tige mais il faut essayer de regarder la généralité sur le plant pour ne pas faire d’erreur d’identification.

Sur la photographie ci-dessus, la feuille de lierre terrestre est jeune et a été prélevée sur une plante en pleine floraison ; la plante à privilégié la floraison au détriment des feuilles ce qui explique une forme et une taille petite.

Ci-dessous un exemple de feuille en dehors de la période de floraison, l’aspect cordiforme de la feuille est beaucoup plus marqué.

La tige carrée caractéristique des lamiacées

C’est l’un des critères les plus évidents une fois que l’on a compris comment l’identifier. La tige carrée est en effet caractéristique  pour reconnaître les lamiacées. Cette forme particulière est due à la présence de faisceau de collenchyme le long de angle de la tige.

Le lamier blanc est un parfait mannequin pour illustrer cette tige carrée qu’il met lui même en valeur par une coloration particulière. Sur la plupart des plantes, il faudra plutôt vous fier au toucher : en tournant légèrement la tige entre vos doigts comme pour faire tourner une fleur sur elle-même, vous sentirez les arrêtes de la tige si elle est carrée. En revanche, si la tige est ronde, vous ne sentirez rien (veillez à ne pas trop appuyer car vous risqueriez alors de « casser » les arrêtes et de ne plus pouvoir les sentir du bout des doigts !)

Sur la photographie de droite, j’ai repassé les arrêtes visibles en rouge pour que vous puissiez voir à quel point, elles sont marquées. D’ailleurs, n’hésitez pas à zoomer sur la photographie de gauche pour essayer de repérer les arrêtes par vous même.

Le port global du lierre terrestre

Pour éviter les risques de confusion lorsque l’on cueille une feuille, il est important de bien regarder le port dans son ensemble.

Dans le cas du Lierre terrestre, il faut vérifier :

  • qu’il n’y a pas de tiges segondaires, c’est à dire qu’une seule tige s’élève des racines et qu’elle ne se redivise pas
  • que les feuilles sont bien opposées, c’est à dire par deux en face l’une de l’autre
  • que les fleurs sont insérées aux aisselles des feuilles et non uniquement en haut de la tige
  • et enfin que les fleurs sont violettes et ont la forme de sabot caractéristique des lamiacées.

Alors de gauche à droite, les plantes sont :

Véronique de perse / Lierre terrestre / Lamier pourpre / Bugle rampante

 Confusion lierre terrestre / véronique de perse :

Premier critère éliminatoire : (même si je vous accorde que ma photographie n’est pas idéal pour le visualiser), la fleur est bleue et présente une magnifique corolle de 4 pétales bien régulière située uniquement en haut de la tige.

Deuxième critère éliminatoire : la tige est ronde.

Troisième critère éliminatoire : Il y a un noeud avec insertion d’une tige secondaire.

 Confusion lierre terrestre / Lamier pourpre :

Premier critère éliminatoire : les fleurs sont roses et non violettes.

Deuxième critère éliminatoire : les feuilles sont crénelées mais non cordiformes.

De plus, en situation, vous auriez constaté que le lamier pourpre pousse de façon isolé et non en tapis dense (qui s’explique par la multiplication par stolon de la plante)

 Confusion lierre terrestre / Bugle rampante :

Critère éliminatoire : les feuilles sont colorées marrons/rouges/violettes sur le haut, ne sont ni crenelées, ni cordiformes.

Alors prêt à récolter votre lierre de terrestre ?

Découvrez nos articles

Vous aimerez aussi

Découvrez la box d'automne 2021 sur la guimauve

Découvrez la box d’automne 2021 sur la guimauve et l’ail des ours

Comment utiliser l'ail des ours
L’ail des ours

Découvrez l’ail des ours, une délicieuse plante sauvage qui vous veut du bien !

la guimauve officinale pour se soigner à la maison
La guimauve

Découvrez la guimauve, une plante sauvage douce et mucilagineuse qui vous veut du bien !

Zoom sur la bétuline
Zoom sur la bétuline

La bétuline est une des molécules actives principales du bouleau. Elle est à l’origine de nombres de ces propriétés, découvrez-les !

Comment cueillir et utiliser le bouleau ?
Le bouleau

Découvrez le bouleau et apprenez à l’utiliser pour les plantes…