Produire ses graines de plantain

on 31 juillet 2019 No comments

Peut être avez-vous découvert lors d’un épisode de Cash Investigation combien les semences sont précieuses et doivent être protégées …

Peut être étiez vous déjà familiarisé avec cette problématique ?

Dans tous les cas, il n’y a pas que les plantes potagères que l’on peut reproduire grâce à leurs semences. Les plantes médicinales peuvent également l’être. Cela peut d’ailleurs permettre de les cultiver chez soi sans les prélever dans la nature.

Si le mécanisme reste identique, la technique varie un peu selon les plantes. Aujourd’hui, nous allons donc vous expliquer comment nous produisons les graines de plantain lancéolé.

Petit résumé de botanique

Les graines sont produites par les plantes afin d’assurer leur reproduction. Il convient donc de savoir tout d’abord où chercher les graines.

Nous allons donc parler de sexualité. Rien d’indécent je vous le promet !

La reproduction des plantes résulte comme chez l’humain de la rencontre entre les gamètes mâles (pollen) et les gamètes femelles (ovule), chacun porté sur un organe mâle (étamine) ou femelle (pistil).

reproduction sexué des plantes : produire ses graines de plantain lancéolé

L’ovule ne déplace pas, ainsi pour trouver les graines et suivre leur maturation, il faut trouver le pistil. Celui-ci est composé de différents éléments qui vont se transformer après fécondation. La base du pistil va devenir le fruit. L’ovaire va devenir l’amande du fruit. L’ovule fécondé va devenir la graine.

Sur les graines de tailles importantes, il est facile de voir ces différents éléments mais sur la plupart des graines le fruit et l’amande sont presque indissociables et donne l’impression de n’être qu’un amas de « peau », on parle alors de cosses ou de sons. Les appellations varient selon sa source (botanistes, agriculteurs, le terme employé n’est pas forcément le reflet d’un vocabulaire scientifique mais le reflet de son usage).

Produire ses graines de plantain

Les plantains arrivent à maturité fin juillet début aout. En fonction de l’état de leur floraison, la récolte peut s’échelonner jusqu’à Septembre ou démarrer plus tôt selon la météo.

A l’aide d’un plateau léger, secouer les hampes florales sèches pour en faire tomber les graines. Il vous faudra ensuite souffler délicatement dessus pour séparer les graines des cosses. Cette étape peut être longue et reste difficile car les graines étant légères, elles ont tendance également à s’envoler.

La seule difficulté de la récolte des graines de plantain est de trouver le moment où elles sont à maturité et suffisamment sèches mais pas trop tard sinon elles seront déjà toutes tombées.

La photo ci-dessus illustre le développement de la fleur de plantain pendant la maturation. De la mise à fleur de la hampe florale jusqu’au pétiole vide de toutes graines, l’étape 5 correspond au stade où la graine est mature mais pas encore sèche. Pour faciliter la récolte, vous pouvez couper la hampe et la laisser sécher à plat sur une feuille. Les graines finiront ainsi de sécher et tomberont seules sur votre support. En utilisant cette technique, je vous enjoins à la prudence : ne prélever pas tout pour que le pied mère puisse se reproduire et nourrir la biodiversité animale qui l’entoure.

Conserver ses graines

Comment conserver ses graines ?

Les graines se conservent au moins une année. Dans le cas du plantain, elles n’ont pas besoin de gel pour pouvoir germer.

Conserver les au sec, dans le noir et à l’abri des rongeurs pour pouvoir les conserver jusqu’à l’année prochaine. Leur qualité germinative, c’est à dire le nombre de graines qui germeront dans votre lot, décroitrera avec le temps.

MarieNepote-citProduire ses graines de plantain

Thym : Une plante Aromatique et Médicinale sous-estimée

on 4 juin 2019 2 comments

A première vue, un article sur le Thym ne doit pas vous paraître très interessant. En effet, cette plante aromatique de culture aisée est si répandue que vous devez vous demandez pourquoi en parler. C’est justement car elle est si répandu qu’il faut que vous en connaissiez les effets ! Outre son délicieux fumé dans vos préparations culinaires, il convient de connaître les propriétés médicinales du Thym Serpolet ou Thymus Serpyllum.

Famille : Lamiaceae

Nom latin : Thymus Serpyllum

Nom vernaculaire : Thym aromatique

Constituants :

  • Huile essentielle (géraniol, linalol, thymol…)
  • Flavonoïdes
  • Acides Phénoliques

Effets reconnus :

  • antiseptique
  • tonique
  • décontractant musculaire
  • expectorant
  • vermifuge
  • antioxydant

Histoire du Thym Serpolet :

Dans un premier temps, il convient de rappeler que ce que nous nommons communément le Thym n’est pas du Thym Serpolet mais du Thym commun (Thymus Vulgaris). Cela étant leurs compositions sont très similaires et leur permettent d’obtenir les mêmes effets. En effet, seul diffère le dosage des molécules dans l’huile essentiel que produisent ces plantes.

Ainsi donc le Thym est une plante commune à notre époque mais qui fut importé dans toute l’Europe depuis les bords de la Méditerranée. Les cultivars d’aujourd’hui sont en effet issus de souches sauvages poussant sur les sols calcaires du pourtour Méditerranéen.

Malgré son origine, le thym s’adapte facilement à n’importe quel sol pourvu qu’il soit drainé. Il supportera des températures jusqu’à -20° l’hiver.

On récolte ses parties aériennes : fleurs et feuilles en plein soleil l’été pendant sa floraison pour bénéficier du maximum de ses bienfaits. Cependant, on peut prélevé au fur et à mesure des besoins en prenant soin de ne pas affaiblir le plant, les feuilles fraiches pour en faire un sirop.

Description Wikipédia du Thym Serpolet :

C’est une plante aromatique basse, d’environ 10 cm de hauteur, et s’étendant jusqu’à 50 cm de largeur ; elle est tapissante, aux tiges radicantes aux nœuds, aux très petites feuilles opposées ovales ou lancéolées, aux courtes hampes florales dressées. De juin à septembre, son feuillage aromatique vert à reflets pourprés sous le soleil disparaît littéralement sous une nuée de petites fleurs bleues groupées en capitules terminaux, plus carminés dans la variété Coccineus. Après la floraison, (juin à octobre) viennent les fruits formés de quatre petits akènes.

C’est une plante des zones ensoleillées, broussailles, prés secs, pâturages d’estive maigres, rochers, dunes, jusqu’à 3000 m d’altitude.

Elle a des caractéristiques aromatiques assez proches de celles du thym commun, en plus discret et moins complexe. Ses feuilles ont une odeur de citron.

Comment utiliser le Thym Serpolet :

L’huile essentielle doit être utilisée sur avis médical et jamais pendant la grossesse. Elle est utilisé notamment contre la gale et les infections cutanées.

Le Thym est utile en infusion en cas de coup de froid. On l’additionne à un usage externe par massage d’huile de thym en cas de maladie nerveuse, d’atrophie musculaire, d’éruption cutanée, de paralysie, de rhymatisme, d’entorse et de foulure. On peut également s’en servir pour faire des bains de bouches en cas de douleurs gingivaires ou en faire des gargarismes pour les irritations de la gorge et les angines.

Les sirops sont parfaits pour soulager les bronchites, les toux et les affections de l’appareil respiratoires.

La fumigation du thym est également recommandé dans le cas des rhinites et des sinusites.

Les teintures de thym luttent efficacement contre les aphtes.

Préparation d’une infusion de Thym Serpolet :

Mode opératoire :

Porter l’eau à ébullition.

Faire infuser le thym dans l’eau bouillante moins d’une minute.

Posologie :

Cette infusion peut être préparé en plus grande quantité pour l’utiliser durant toute la journée. Mais il est conseillé de la faire au fur et à mesure des besoins.

La posologie recommandé est de quatre à cinq tasses réparties sur la journée.

Ingrédients :

  • 1 cuillère à thé rase
  • 250 ml d’eau bouillante

Accès Premium pour les abonnés de Ma Box d’Herboriste :

Lire l'article détaillé et illustré sur la préparation d'un sirop de suc antitussif
MarieNepote-citThym : Une plante Aromatique et Médicinale sous-estimée